Lena Paugam
Hedda
Théâtre | 1h15 | Tout public
© Sylvain Bouttet
PRESENTATION DU SPECTACLE

C’est une histoire d’amour comme il y en a tant, une histoire ordinaire qui se contorsionne et part à la dérive. Depuis leur rencontre jusqu’à la fin de leur passion, de petites peurs en grandes humiliations, on raconte le récit d’Hedda, une de celles dont on dit qu’elles sont restées, malgré le premier coup et malgré ce qui a suivi. Avec délicatesse, Lena Paugam porte au plateau la violence et le vertige de l’amour. Elle s’approprie comme une seconde peau l’écriture tendue et rythmée de Sigrid Carré-Lecoindre qu’elle teinte d’une ironie mutine et d’un humour salvateur.   « Une pièce […]

> Lire Plus
C’est une histoire d’amour comme il y en a tant, une histoire ordinaire qui se contorsionne et part à la dérive. Depuis leur rencontre jusqu’à la fin de leur passion, de petites peurs en grandes humiliations, on raconte le récit d’Hedda, une de celles dont on dit qu’elles sont restées, malgré le premier coup et malgré ce qui a suivi.
Avec délicatesse, Lena Paugam porte au plateau la violence et le vertige de l’amour. Elle s’approprie comme une seconde peau l’écriture tendue et rythmée de Sigrid Carré-Lecoindre qu’elle teinte d’une ironie mutine et d’un humour salvateur.

 

« Une pièce tragique, écrite avec la justesse des mots simples qui touchent, par Sigrid Carré-Lecoindre, et magnifiquement mise en scène et interprétée par Lena Paugam. » Ouest-France

 

Spectacle surtitré en Anglais du 10 au 17 juillet à la Manufacture – Avignon.

 

Sylvain Bouttet a réalisé 2 documentaires sur Lena Paugam et son travail récent. Nous vous proposons de les découvrir ici :

 

Visitez le site de la compagnie.

> Lire Moins
DISTRIBUTION

Texte et regard extérieur Sigrid Carré-Lecoindre
Mise en scène et interprétation Lena Paugam
Dramaturgie Sigrid Carré-Lecoindre, Lucas Lelièvre et Lena Paugam
Chorégraphie Bastien Lefèvre
Création sonore Lucas Lelièvre
Création lumières Jennifer Montesantos
Scénographie Juliette Azémar

PRODUCTION

Production Compagnie Alexandre
Coproductions La Passerelle – Scène nationale de Saint-Brieuc (22), Théâtre du Champ-au-Roy – Guingamp (22), Quai des Rêves – Lamballe (22), Théâtre de La Paillette – Rennes (35)
Accompagnement et diffusion CPPC – Rennes (35)
La diffusion de ce spectacle a bénéficié du soutien financier de Spectacle Vivant en Bretagne et de la SPEDIDAM.

PRESSE
Hedda – France Culture (11/07/2018)- Joëlle Gayot

(…) En s’éloignant de l’habituelle binarité coupable vs victime, en refusant de s’enfermer, et nous avec, dans la morale, l’auteur creuse un sillon dérangeant, contrariant et très problématique qui place, au dessus des coups physiques et des attaques psychologiques, l’amour inconditionnel que le couple se porte. C’est révoltant et scandaleux, on n’a vraiment pas envie d’entendre ça, mais ce chemin suivi permet d’aller très avant, et jusqu’à la nausée, dans l’entreprise monstrueuse qui voit un homme dénier à une femme toute possibilité de rester un être humain. La violence conjugale est une violence trop souvent privée où se mêlent le silence et l’effroi. Ce spectacle incroyable brise la sidération. Il met des mots sur ce qui ne se dit jamais. Ça n’a rien de plaisant mais le théâtre n’a pas à faire plaisir. Ne ratez pas cette représentation.

Hedda – I/O Gazette (17/07/2018)- Victor Inisan

(…) L’interprétation de Lena Paugam (qui signe également la mise en scène), porteparole de l’histoire et incarnation de la protagoniste, est à l’antithèse de la douleur : une douceur déconcertante émane de son sourire… C’est Hedda amoureuse qui s’adresse au spectateur ; l’intention slalome entre les obstacles du
pathos. Ce gouffre éclatant entre le propos et le jeu n’est autre que l’endroit de l’émotion bâti par la dramaturgie : la lucarne poétique fuyant la grossière illustration. Au coin de cette lucarne glisseront peut-être les larmes du spectateur, qui n’auront, il faut le dire avec enthousiasme, aucunement été
forcées.

Hedda – La Provence (14/07/2018)- Floriane Boulghobra

Sigrid Carre-Lecoindre, inspirée par une des premières affaires médiatisées de violences physiques et
psychologiques aux Etas Unis en 1942, signe un texte subtil, loin des préjugés et des lieux communs sur la
violence, elle interroge les tréfonds de la colère. Celle dont on a autant honte de recevoir que d’infliger. Le
point de non retour où plus personne n’est dupe de l’amour, quand on sait qu’il n y a plus aucun refuge à la
peur. L’illusion de joie est fini, malgré l’enfant qui est là , malgré les sourires placardés sur le frigo.
Lena Paugam, seule en scène, à la lisière entre conte et slam, porte ce texte avec virtuosité et élégance. Une
création contemporaine à la hauteur de ses ambitions, qui pose des questions au delà des limites de la
bienséances, sans nous asseoir en otage d’une réponse unique.

Hedda – Télérama (13/07/2018)- Joëlle Gayot

Jeune femme timide, Hedda rencontre un homme sûr de lui. Elle tombe amoureuse, l’épouse, a un enfant. Vie de couple, de famille et de rêve jusqu’à ce jour fatal où l’homme lève la main sur sa femme. Hedda fait sa valise puis la vide. La refait. La revide. Elle reste. Et prend un billet sans retour pour l’enfer. Ce monologue âpre, dur, concret navigue en eaux troubles. Refusant la binarité ordinaire, coupable versus victime, il passe par la bande et s’enfonce, dès lors, dans l’innommable en suggérant qu’au-delà des coups physiques, persiste la possibilité d’un amour réciproque. C’est tendancieux mais terriblement efficace pour que naisse une écoute tendue, aigüe, inconfortable. L’actrice Lena Paugam porte ce texte tout en cassures et ruptures avec une vivacité de chaque seconde qui l’ancre dans un perpétuel présent. Aussi, lorsqu’elle s’effondre à la fin, dans un état plus proche de l’animalité que de l’humanité, on s’effondre avec elle (intérieurement). Rien ne résiste à la violence lorsqu’elle se fait systématique. Cette violence conjugale est encore trop souvent une affaire privée où se mêlent le silence et l’effroi. Ce silence est ici brisé par cet incroyable spectacle. Salutaire.

Hedda : l’amour, les coups et le silence – Ouest-France (17/01/2018)- Marc Bergeron

« Une pièce tragique, écrite avec la justesse des mots simples qui touchent, par Sigrid Carré-Lecoindre, et magnifiquement mise en scène et interprétée par Lena Paugam. » (…)

Car Hedda vit une tragédie. Et pour en rendre compte, Sigrid Carré-Lecoindre et Léna Paugam ont emprunté les formes les plus classiques de la tragédie, comme celui de la narration extérieure, comme s’il y avait un choeur qui raconte, interprète et interpelle le public. »

Hedda, une pièce coup de poing – Ouest-France (19/04/2018)- Agnès Le Morvan

« Hedda raconte la peur, la honte, puis le silence assourdissant. Et la solitude, la quête de l’amour perdu. Hedda, c’est le texte signé Sigrid Carré-Lecointre, fort, poignant. La pièce est interprétée et mise en scène par la Rennaise Lena Paugam, seule en scène, tour à tour Hedda, le mari violent et la narratrice, juste et émouvante. »

ARTISTE
Lena Paugam
PHOTOS

© Sylvain Bouttet

© Sylvain Bouttet

© Sylvain Bouttet

 

CALENDRIER ARTISTE

septembre 2018

lun mar mer jeu ven sam dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
ESPACE PRO
Menu