Pépito Matéo
La leçon de Français
Récit et Théâtre | | Tout public
(c) Soizic Desnos

On est dans une salle de classe imaginaire où les rêves et l’actualité se croisent à travers les malentendus du langage. Un conteur nous invite à une pseudo-conférence sur la langue où il nous conte par le menu les conséquences d’un imbroglio qui va nous trimballer d’un lieu de rétention administrative à un atelier sur la parole auprès de demandeurs d’asile en passant par des souvenirs d’enfance. Face aux difficultés de la grammaire, aux situations absurdes et aux décalages d’une langue à l’autre, nous allons revisiter notre habitude de nommer les choses et notre manière de « savoir-vivre ». Le langage, […]

Lire +

On est dans une salle de classe imaginaire où les rêves et l’actualité se croisent à travers les malentendus du langage.

Un conteur nous invite à une pseudo-conférence sur la langue où il nous conte par le menu les conséquences d’un imbroglio qui va nous trimballer d’un lieu de rétention administrative à un atelier sur la parole auprès de demandeurs d’asile en passant par des souvenirs d’enfance.

Face aux difficultés de la grammaire, aux situations absurdes et aux décalages d’une langue à l’autre, nous allons revisiter notre habitude de nommer les choses et notre manière de « savoir-vivre ».

Le langage, acteur principal du spectacle, va se jouer de nos « sens » pour convoquer le quotidien de façon poético-politique, en nous faisant découvrir grâce à ceux qu’on appelle les étrangers des choses auxquelles nous ne faisons plus attention.

« Qui tient la langue, maitrise son monde ! » dit le dicton, mais « Qui donne sa langue au chat, perd sa place », et « Qui n’a pas les mots est accusé de tous les maux ! » ! 

On prendra ici les mots à bras le corps et au pied de la lettre. Des personnages croqués dans la réalité surgiront avec leurs histoires « pas piquées des hannetons ». On y entendra des paroles saisies sur le vif, des dérèglements de grammaire, des traductions en porte-à-faux, des anecdotes à l’emporte-pièce, voire des petits contes à brûle-pourpoint et des façons d’utiliser le vocabulaire pour dire les choses de la vie, histoire de faire tenir debout un petit théâtre de la parole en toute complicité avec le public.

 

PÉPITO MATÉO

Lire -



DISTRIBUTION

De et par Pépito Matéo.

Regards extérieurs texte et dramaturgie Gwen Aduh, Maël Le Goff et Pauline Sales

Regard intérieur mise en scène Olivier Maurin

Illustrations et dessins Soizic Desnos

 

Distribution en cours




PRODUCTION

Production > Compagnie Imagistoires

Production déléguée > CPPC – Centre de Production des Paroles Contemporaines

Co-productions, accueils en résidence et soutiens : Ville de Capbreton (40), Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud (40), Union Régionale des Foyers Ruraux de Poitou-Charentes (79), Théâtre L’Aire Libre – Saint-Jacques-de-la-Lande (35), Théâtre Berthelot – Ville de Montreuil (93), La Mouche – Ville de Saint-Genis-Laval (69)… Production en cours




DANS LA PRESSE
La leçon de Français – Blog l’Arbre aux contes (28/02/2019) - Cristina Marino

« Dans La Leçon de français, Pépito Matéo souhaite montrer toute la richesse des langues et leur diversité tout en entremêlant différents récits de vie : ceux de plusieurs migrants (ou demandeurs d’asile ou exilés ou réfugiés, à vous de choisir le terme qui vous convient le mieux), imaginés à partir de témoignages collectés lors d’interventions dans des lieux d’accueil de réfugiés ; celui de son propre parcours et du destin de sa famille, notamment de son père, venu d’Espagne pour fuir le régime franquiste. Le tout avec en toile de fond, et en guise de fil conducteur, l’histoire d’un « malentendu », d’une mésaventure fictive (avec peut-être un zeste de réalité), qui le conduit à se retrouver dans un lieu de rétention administrative (LRA) aux côtés de migrants en attente d’une décision sur leur sort (placement dans un centre de rétention administrative pour trois mois, renvoi dans leur pays d’origine ou dans le premier pays par lequel ils sont arrivés en Europe, examen d’une demande d’asile). Avec en prime, quelques petites histoires inspirées de contes traditionnels (notamment des contes yiddish et arabes), savamment distillées par ci, par là tout au long de son récit principal, comme autant de digressions subtiles. »

Menu